« J’ai écouté dire » – 2e édition • atelier de création sonore •

cropped-collecte_MES.jpg

« J’ai écouté dire… » 2e édition

4-8 juillet 2022

atelier de réalisation sonore à partir d’une collecte de patrimoine oral

« four, foyer, feu »

Nos catégories de savoir sont encore trop rustiques pour nous permettre de penser le foisonnement inventif des pratiques quotidiennes. Qu’il nous reste tant à comprendre des ruses innombrables des héros de l’éphémère, marcheurs dans la ville, habitants des quartiers, liseurs et rêveurs, peuple obscur des cuisines, cela nous émerveille.

Michel de Certeau, L’invention du quotidien 2. Habiter, Cuisiner

 

Atelier dirigé par Péroline BARBET, assistée de Marylise NAVARRO

Du lundi 4 au vendredi 8 juillet (environ 7 heures de pratique quotidienne)

Cet atelier se donne pour objectif de constituer un espace d’expérimentation sur les aspects de la collecte sonore et de la réalisation documentaire. Il vise, au terme des cinq jours, à la création collective d’une forme qui donnera lieu à une diffusion sur les ondes de radios locales et/ou sur le mode du podcast.

La thématique de cette édition est le four.

On travaillera et on collectera des paroles liées à la cuisine, et en particulier au four.

Autour du four communal, dans les villages, autrefois et encore aujourd’hui, on parle, on cuisine ensemble, on se réchauffe, on partage la nourriture, on joue de la musique, on écoute, on fête, on rêve …

C’est un (mi)lieu de partage et de célébration, un rapport au temps long, qui s’expérimente et se questionne.

La collecte pourra donc nous emmener sur tous les aspects de cette thématique : les usages du four, des recettes de cuisine, la boulangerie/pâtisserie, les arts du feu, la science des fours et de leur construction, l’histoire des fours communaux et de la sociabilité qui les entoure, sans oublier les sons produits par le feu, la pâte, la cuisine…

 

Programme du stage

L’atelier abordera les fondamentaux de la collecte et les spécificités du travail sur une matière orale. On y abordera les questions de :

  • L’histoire de la collecte. Qu’est-ce que le patrimoine immatériel ? L’appréhension d’un sujet de recherche et la tenue d’une liste d’informateurs/témoins
  • La prise de son : ses aspects techniques, ses protocoles.
  • La conduite d’un entretien d’enquête, ses dimensions formelles, humaines…
  • Une introduction/rappel au sujet de l’utilisation de logiciels de montage sonore (nous utiliserons par défaut le logiciel libre Reaper)
  • La conduite à avoir avec la constitution d’un fonds (réflexes de dérushage, archivage, dimension légale)

La première partie du stage sera dédiée à des moments de collecte : entretiens et enregistrement de sons en petits groupes. Nous irons à la rencontre de personnes et de lieux préalablement identifiés ensemble.

La deuxième partie de l’atelier sera consacrée au travail de montage. Nous réaliserons une pièce audio collective que nous proposerons à l’écoute, à la faveur d’un temps ouvert au public – autour du four et de ses mets, mais aussi de musiques orales – qui viendra conclure le stage.

Pour qui ?

Ce processus est ouvert aux praticiens de la création sonore, radiophonique, du podcast, ou du documentaire, mais aussi aux personnes sensibles à l’oralité et stimulées par le « terrain », aux à celles et ceux qui ont une entrée anthropologique, sociologique, patrimoniale, ou encore dramaturgique, voire musicale (une entrée de cette création collective pourra être la captation et l’agencement de textures et matières sonores).

L’alchimie d’ensemble sera fonction de l’équilibre du groupe, des bonheurs de rencontre, et les envies de chacun.

 

Informations pratiques

Durée : 5 jours, à raison de 7 h/ jour.

Lieux : l’atelier se tiendra au Site de Pratiques Théâtrales Lavauzelle et dans les environs.

Matériel requis : Ordinateur + logiciel de montage et casque. Enregistreur si possible, et micro externe si disponible. Par défaut, nous ferons le montage sur le logiciel (en téléchargement gratuit) Reaper.

Compétences souhaitées : notions de montage bienvenues.

Prix : 280 euros / 230 euros en tarif réduit (demandeur.euses d’emploi, étudiant.es, moins de 26 ans).

Repas : ils seront pour une part préparés sur place par l’équipe de participants à partir de courses réalisées à l’avance, et pour une part orchestrés par l’association Feu ! autour de la thématique du four. Participation de 13 euros / jour.

Hébergement : pour celles et ceux qui souhaitent être hébergés sur place, il est possible de réserver un gîte dans les environs de Lavauzelle. Pour mutualiser les demandes et réduire les coûts, nous proposons de centraliser les demandes. Dans votre intérêt, merci de vous adresser à nous sans attendre. Ceci s’applique aussi aux besoins de covoiturage ou de navette depuis une gare.

Pour vous inscrire, merci de faire parvenir une brève biographie ainsi qu’une note indiquant votre motivation, à l’adresse email suivante : ecoute.dire (at) lavauzelle.org ou au 0610101944

 

autour du stage

En amont, du 1er au 4 juillet, se tiendra un workshop associatif sur la construction expérimentale de fours – fours sommaires, rocket, portables, enterrés… par Anna Gianferrari de l’association FEU ! et les élèves de l’ENSA (école des beaux-arts de Limoges)

  • Le 3 juillet au soir : dîner d’accueil des participants qui logeront dans les alentours.
  • Le 4 juillet à 9 heures 30 : début de l’atelier de création sonore, initiation à la prise de son, recherche documentaire et au montage. En soirée : repas de rencontre entre les deux groupes.
  • 5-6 juillet : suite de l’atelier, rencontres de terrain en binômes, soirées cuisine à Lavauzelle.
  • 7 et 8 juillet : suite de l’atelier, montage et création collective d’un podcast. En soirées, moment public d’écoutes sonores et interventions musicales de Maud Herrera.
  • Le vendredi 8 : journée du montage final de la création collective. Rencontre autour du feu, concert de clôture de Tal Coal et banquet concocté par l’association FEU !

En partenariat avec l’association FEU ! et le Centre régional des musiques traditionnelles du Limousin, et avec l’aide de la DRAC Nouvelle-Aquitaine.